#Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes.

Publié vendredi 16 février 2024 à 09:35
#Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Ils les attirent avec de l’argent vers ces endroits peu habités. C’est pour répondre à des actes de ce genre que le maçon Modibo Konaté a comparu mardi dernier à la Cour d’assises. L’ouvrier d’une trentaine d’années a été inculpé d’abus sexuel sur S. B, une vendeuse de produits alimentaires. À l’époque des faits, Modibo travaillait sur le chantier où sa victive vendait des aliments.

Selon l’acte d’accusation, les faits ont lieu dans l’après-midi du 11 août 2020 dans une maison en construction au quartier Moribabougou. S. B se promenait avec sa marchandise. Arrivée au niveau d’un chantier, le maçon Modibo Konaté, l’appelle pour payer 500 Fcfa de manioc. Il l’invite à l’intérieur d’une chambre pour recevoir son argent. Mais grande fut la surprise de la jeune fille, lorsque son client décide d’entretenir une relation sexuelle avec elle. Son agresseur la force à rentrer avant d’abuser sexuellement d’elle. Aucun voisinage ne pouvant entendre ses cris de détresse, sa bouche étant «bâillonner» par son agresseur.

Après son forfait, Modibo Konaté la laisse rentrer chez elle sans s’inquiéter. Le lendemain des faits, Oumou Diallo, employeur et tutrice de la survivante, en est in formée. Immédiatement, elle alerte le commissariat de la police de Moribabougou. Trois jours après, Modibo Konaté est interpellé et conduit à ce commissariat pour enquêtes. À la suite de ces enquêtes, le parquet de la Commune I ouvre une information judiciaire et le prédateur sexuel est inculpé pour viol. La logique policière a suivi son cours normal jusqu’à l’inculpation du maçon. Celui-ci s’est finalement retrouvé à la Cour d’assises pour répondre de ses actes. Et cela, conformément aux dispositions de l’article 226 du Code pénal.

En face des jurés à la barre, Modibo n’a pas non plus reconnu les faits à lui reprochés. Dans sa tentative de déni, il déclare avoir sollicité de sa victime des relations intimes. Mais, insiste l’ouvrier, face au refus catégorique de celle-ci, il l’avait laissée repartir librement. Le jeune homme avait tenu les mêmes propos pendant l’instruction du dossier et à l’enquête préliminaire.

Cela a suffi au parquet de le charger dans sa réquisition avant de requérir son maintien dans les liens de l’accusation. La défense qui a estimé que son client n’avait pas agi, a demandé une requalification des faits. Au terme des débats, la Cour l’a reconnu coupable avec des circonstances atténuantes en le condamnant à 5 ans de prison. Notons que parmi les dossiers à comparaître à cette Cour d’assises, on y compte une vingtaine de cas de viol.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : L’accusé recouvre sa liberté

En l’absence de son époux, elle n’a pas pu résister à la tentation. Elle a fini par contracter une grossesse et s’est débarrassée de son enfant en le jetant dans un canal. Les juges ont dit le droit.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Lire aussi : #Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Lire aussi : #Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Lire aussi : #Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Les articles de l'auteur

#Mali : Cour d’assises de Bamako : L’accusé recouvre sa liberté

En l’absence de son époux, elle n’a pas pu résister à la tentation. Elle a fini par contracter une grossesse et s’est débarrassée de son enfant en le jetant dans un canal. Les juges ont dit le droit.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:33

#Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:38

#Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:05

#Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:23

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 02 avril 2024 à 09:17

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner