Projet de relèvement et de stabilisation du Sahel : booster la résilience

Le programme s’emploiera à répondre aux besoins prioritaires des communautés vulnérables dans la région du Liptako Gourma, notamment dans un contexte environnemental, social et sécuritaire difficile. Il mobilisera plus de 54 milliards de Fcfa sur une durée de cinq ans

Par

Publié jeudi 24 novembre 2022 à 07:19
Projet de relèvement et de stabilisation du Sahel : booster la résilience

Une vue des participants à la rencontre


Pour répondre à la crise transfrontalière dans la région du Liptako Gourma et afin d’y apporter une réponse immédiate et durable, le Mali, le Niger et le Burkina Faso, en partenariat avec la Banque mondiale, ont pris l’initiative de mettre en œuvre un Projet communautaire de relèvement et de stabilisation du Sahel (PCRSS). Ce projet vise à renforcer la résilience et le relèvement des communautés touchées par les conflits dans la zone du Liptako Gourma.

Le comité d’orientation et de pilotage du PCRSS Mali a tenu, hier dans un hôtel de la place, sa première session sous la direction de son président et secrétaire général du ministère de l’économie et des Finances, Abdoulaye Traoré. C’était en présence des membres de la société civile et des délégués venus de l’intérieur du pays.

Les documents soumis à l’examen des participants au cours de cette rencontre portaient sur  l’état de démarrage des activités, le projet du plan de travail et budget 2022-2023, le manuel d’exécution du PCRSS Mali et sa charte d’audit. Financé à hauteur de 54,3 milliards de Fcfa pour une durée d’exécution de cinq ans, ce projet couvre les Régions de Mopti, Bandiagara, Douentza, Tombouctou, Gao et Ménaka. Il traduit l’engagement à long terme du gouvernement pour soutenir le relèvement et le renforcement de la résilience des communautés dans la région du Liptako Gourma.

Entré en vigueur le 31 mai dernier, le PCRSS Mali a ainsi connu un retard dans son démarrage en raison des sanctions de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), selon ses responsables. Cependant, ont-ils nuancé, l’Unité d’exécution du projet (UEP) a pu mener des activités essentielles de démarrage, notamment la préparation du manuel d’exécution du Projet (y compris les procédures de gestion administrative, financière et comptable). S’y ajoutent le recrutement et le déploiement de 22 des 39 agents de l’UEP et des antennes régionales, ainsi que l’identification des projets de la première année sur la base des Programmes de développement social, économique et culturel (Pdsec) des communes bénéficiaires de la zone d’intervention.

Il convient de souligner que le plan de travail, qui est soumis à l’examen des participants, porte sur une période de 18 mois allant du 1er juillet 2022 au 31 décembre 2023. Le budget proposé pour sa réalisation s’élève à 6,4 milliards de Fcfa. Ces prévisions engagent 11,8% des ressources du Projet et prévoient d’atteindre globalement 90.789 personnes, soit environ 10% de sa cible finale.

Selon le président du comité d’orientation et de pilotage du PCRSS Mali, à travers la mise en œuvre de ce plan, le programme ambitionne de répondre aux besoins prioritaires des communautés vulnérables de sa zone d’intervention dans un contexte environnemental, social et sécuritaire difficile.


Abdoulaye Traoré s’est ensuite dit convaincu qu’à l’issue des travaux sortiront des conclusions et propositions permettant au Projet d’amorcer de manière efficace et efficiente son démarrage, malgré le contexte sécuritaire très difficile dans les six régions de sa zone d’intervention. Il n’a pas manqué de remercier la Banque mondiale pour son appui multiforme à notre pays.

Selon le coordinateur du PCRSS Mali, c’est avec les communautés que le Projet décidera tout ce qu’il y a lieu de faire. Par exemple, dira Oumarou Camara, dans les zones où la situation sécuritaire est précaire et où, on ne peut pas faire perdurer les équipes sur le terrain, «nous allons nous atteler à apporter des solutions aux problèmes auxquels les gens sont confrontés». Et ce, a-t-il indiqué, en termes de fourniture d’intrants et de réhabilitation d’infrastructures de base pour qu’ils puissent continuer à bénéficier des services. 

Lire aussi : Port de Conakry : Le «Parking Kidal» accueille les gros porteurs maliens

Inauguré hier, ce parc de stationnement d’une capacité de 1.200 camions comprend un espace de 250 places réservé exclusivement aux véhicules du Mali.

Lire aussi : Régions de Sikasso et Mopti : Les FAMa neutralisent une trentaine de terroristes

Dans un communiqué publié mardi dernier, l’État-major général des Armées a porté à la connaissance de l’opinion les actions menées dans la lutte contre le terrorisme, par les Forces armées maliennes (FAMa)..

Lire aussi : Logements sociaux de N’Tabacoro : Le ministre Traoré met fin au calvaire de la population

Le ministre Lamine Seydou Traoré constate la fonctionnalité des installations dans une concession.

Lire aussi : CAN 2021 : Le ministre AG Attaher sonne la mobilisation

Mossa AG Attaher (C) lors de la cérémonie de présentation du maillot des Aigles.

Lire aussi : Malnutrition : Le paradoxe de la région de Sikasso

La prévalence de Sikasso est au-dessus du taux national (7,2%), soit 11,1% pour l’année 2020.

Lire aussi : Œuvres sociales du président de la Transition : Un nouveau forage pour Dialakorobougou

Ce forage a été réalisé à la demande du défunt chef de village.

Dans la même rubrique

Port de Conakry : Le «Parking Kidal» accueille les gros porteurs maliens

Inauguré hier, ce parc de stationnement d’une capacité de 1.200 camions comprend un espace de 250 places réservé exclusivement aux véhicules du Mali.

Publié vendredi 18 novembre 2022 à 07:29 Bembablin DOUMBIA

Régions de Sikasso et Mopti : Les FAMa neutralisent une trentaine de terroristes

Dans un communiqué publié mardi dernier, l’État-major général des Armées a porté à la connaissance de l’opinion les actions menées dans la lutte contre le terrorisme, par les Forces armées maliennes (FAMa)..

Publié jeudi 13 janvier 2022 à 08:11 Bembablin DOUMBIA

Logements sociaux de N’Tabacoro : Le ministre Traoré met fin au calvaire de la population

Le ministre Lamine Seydou Traoré constate la fonctionnalité des installations dans une concession.

Publié jeudi 13 janvier 2022 à 07:49 Bembablin DOUMBIA

CAN 2021 : Le ministre AG Attaher sonne la mobilisation

Mossa AG Attaher (C) lors de la cérémonie de présentation du maillot des Aigles.

Publié lundi 03 janvier 2022 à 08:22 Bembablin DOUMBIA

Malnutrition : Le paradoxe de la région de Sikasso

La prévalence de Sikasso est au-dessus du taux national (7,2%), soit 11,1% pour l’année 2020.

Publié lundi 03 janvier 2022 à 08:15 Bembablin DOUMBIA

Œuvres sociales du président de la Transition : Un nouveau forage pour Dialakorobougou

Ce forage a été réalisé à la demande du défunt chef de village.

Publié vendredi 07 janvier 2022 à 07:50 Bembablin DOUMBIA

Abdoulaye Diop : «Il n’y a plus de base légale pour la France d’opérer sur le sol Malien»

Dans une interview accordée hier soir à la télévision nationale, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a expliqué en profondeur la décision du gouvernement de mettre fin aux accords de défense avec la France et ses partenaires européens. Toutefois, il rassure que notre pays continuera à coopérer avec toutes les nations qui le souhaitent mais dans le respect mutuel.

Publié mercredi 04 mai 2022 à 07:21 Bembablin DOUMBIA

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner