Mali : 4ème Siama : Une émulation dans la créativité

Les artisans maliens rivalisent d’ardeur depuis l’ouverture de ce rendez-vous culturel et économique. Les résultats des différents concours seront connus dimanche prochain lors de la clôture de l’événement

Par

Publié jeudi 30 novembre 2023 à 18:46 , mis à jour mardi 05 mars 2024 à 13:11
Mali : 4ème Siama : Une émulation dans la créativité

Certains Stands-Régions en compétition


La 4è édition du Salon international de l’artisanat du Mali (Siama) qui s’achève ce dimanche au Parc des expositions de Bamako a déjà battu les recors de participation. Néanmoins, l’un des premiers objectifs fixés par les organisateurs est de stimuler la créativité et l’innovation chez les artisans. Ils mettent également l’accent sur l’identification et la recherche des meilleurs artisans ; mais aussi la promotion et l’émergence des jeunes talents.
C’est pour toutes ces raisons que le commissariat général du Siama a instauré une série de concours. Il s’agit du concours pour distinguer le meilleur stand région, de celui de meilleur jeune et du concours de la meilleure femme artisane.


Les concours des éditions précédentes ont permis la découverte de nouveaux talents cachés qui se sont révélés au grand jour. Des produits «made in Mali», jusque-là insoupçonnés, ont agréablement émerveillé et les autorités et le grand public. Le Siama a été pour les artisans un espace de saine émulation, d’échanges d’expériences, de contacts, de ventes et un cadre pour jauger la qualité des produits à travers les réactions des nombreux visiteurs.



À l’intention des exposants les prix, ci-après, seront décernés : prix du meilleur stand-pays ; prix du meilleur stand région ; prix de la créativité ; prix de la meilleure femme artisane et celui du meilleur jeune artisan. Des prix spéciaux seront parrainés par des sociétés, organisations et certains départements. L’Uemoa, le Codepa, l’Oapi, l’OIF seront démarchés pour solliciter leur parrainage et leur confirmation quant à l’attribution des prix qui leur sont proposés.
Pour stimuler et encourager la créativité chez les jeunes artisans, le ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, à travers le commissariat général du Salon, organise un concours dénommé : «Prix de la créativité». Peuvent prendre part au concours les jeunes artisans maliens âgés de 18 à 30 ans participants au Siama et titulaires d’une carte professionnelle d’artisan.


Les critères de sélection du concours sont : innovation, qualité technique et aspect esthétique ; utilité au quotidien ; potentiel de conquête du marché national et international. Les candidats au concours présentent un ou deux produits ou une ligne de produits.
Quant au prix de la meilleure femme artisane, il est instauré en vue d’encourager la participation des femmes artisanes au Siama, le ministère en charge de l’Artisanat à travers le commissariat général du Siama, organise un concours dénommé «Prix de la meilleure femme artisane».


Les critères de sélection du concours sont, entre autres : la qualité des produits exposés, la valorisation des matières locales et le potentiel de conquête du marché national et international. Les candidates doivent présenter trois à cinq produits.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner