Fête de l’Assomption de Marie : Le pardon au cœur des festivités

La communauté catholique du Mali à l’instar des autres pays, a célébré hier au Centre Père Michel de Niaréla, la fête de l’Assomption de Marie. La cérémonie s’inscrivait dans le cadre de la montée de la Vierge Marie au Ciel.

Par

Publié mardi 16 août 2022 à 07:45
Fête de l’Assomption de Marie : Le pardon au cœur des festivités

Elle était présidée par l’Archevêque de Bamako, Jean Cardinal Zerbo en présence de la vice présidente de la paroisse Notre Dame des Champs de Missira, Mme Koné Sissi Odile Dacko et du curé de ladite paroisse, Marc Kombaté. Plusieurs femmes venues des différentes paroisses ont participé à ce grand rassemblement de prière des fidèles catholiques de Bamako.


L’édition 2022 a été arbitrée par la paroisse Notre Dame des Champs à Missira en Commune II de Bamako. L’évènement a été célébré à travers une messe et une conférence. Le thème retenu cette année est intitulé : «Artisan de paix comme le père, moi aussi je pardonne».
La vice présidente de la paroisse Notre Dame des Champs qui animait la conférence a, d’entrée de jeu, défini le pardon comme la rémission d’une faute. «C’est tenir une offense, une faute pour nulle et renoncer soit au plan personnel à en tirer vengeance, soit au plan institutionnel à poursuivre et à punir les responsables», a-t-elle expliqué.


Et d’ajouter que le pardon est l’une des réponses possibles à un phénomène universel et inhérent à la condition humaine. Dans son exposé, Mme Koné Sissi Dacko a rappelé que dans la pensée judéo chrétienne, le pardon est fondé sur la dynamique qui inclut les périodes qui le précèdent et celles qui le succèdent. Elle s’est appesantie sur les 5 langages de pardon dans l’acte de contrition. Il s’agit d’exprimer le regret, d’accepter la responsabilité, de réparer, de se rependre sincèrement et de demander pardon.


Quant au curé de la paroisse Notre Dame des Champs à Missira, il a rappelé que ce rassemblement, en cette occasion n’est pas fortuit, mais plein d’espérance pour le Mali. Selon lui, la célébration de cet évènement s’inscrit dans le même fil conducteur que leurs évêques et les autorités de notre pays qui, tous implorent le Ciel pour la paix et la stabilité.


«Nous confions à Notre douce mère, les pleurs de ses enfants, surtout pour ces morts que nous déplorons sur la terre de nos aïeux», a déclaré Marc Kombaté. La journée a été marquée par la célébration d’une messe. L’archevêque de Bamako a invité les femmes à imiter la Vierge Marie qui est une fidèle. Avant d’inviter les fidèles à prier pour la paix et le pardon au Mali.


La célébration a été émaillée par une animation musicale de la paroisse Notre Dame des Champs et une remise de la statue de la Vierge Marie à la paroisse Sacré-Coeur de la Cathédrale qui assurera l’organisation de l’évènement l’année prochaine.

Fatoumata M. SIDIBE

Lire aussi : Toguéré Coumbé : Une ville martyre aux confins du cercle de Ténenkou

Les amalgames et les stigmatisations ont contribué à opposer les communautés.

Lire aussi : Office du Niger : Maintenir le cap malgré le contexte difficile

La zone affiche un objectif de production de 903.537 tonnes de riz paddy.

Lire aussi : Sikasso : Les femmes, auteures de violences

Dans la Cité verte du Kénédougou, il n’est pas étonnant de voir dans des familles ou encore dans des services des femmes qui sont des souffre-douleurs de leurs propres semblables. Cette violence des femmes à l’endroit de leurs semblables se manifeste sous trois formes : la violence directe .

Dans la même rubrique

Toguéré Coumbé : Une ville martyre aux confins du cercle de Ténenkou

Les amalgames et les stigmatisations ont contribué à opposer les communautés.

Publié mardi 05 octobre 2021 à 12:34 Rédaction Lessor

Office du Niger : Maintenir le cap malgré le contexte difficile

La zone affiche un objectif de production de 903.537 tonnes de riz paddy.

Publié vendredi 31 décembre 2021 à 09:49 Rédaction Lessor

Sikasso : Les femmes, auteures de violences

Dans la Cité verte du Kénédougou, il n’est pas étonnant de voir dans des familles ou encore dans des services des femmes qui sont des souffre-douleurs de leurs propres semblables. Cette violence des femmes à l’endroit de leurs semblables se manifeste sous trois formes : la violence directe (physique ou injures), la violence par procuration (la femme à la base de la violence subie par une autre femme) et la violence faite aux femmes par les femmes dans les services..

Publié mardi 02 août 2022 à 08:47 Rédaction Lessor

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner