#Mali : Accord d’Alger, Cedeao, Kidal : La plateforme anw ko fasoko décrypte l’actualité

Les responsables de la Plateforme Anw Ko Fasoko étaient face à la presse, samedi 10 février au siège du Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-Fasoko) à Niamkoro Cité Unicef. Plusieurs sujets ont été évoqués lors de cette rencontre avec les hommes de médias.

Par

Publié lundi 12 février 2024 à 07:49
#Mali : Accord d’Alger, Cedeao, Kidal : La plateforme anw ko fasoko décrypte l’actualité

 L’avenir du Mali passe par la réussite de la Transition, selon le président Mamadou Oumar Sidibé (g)

 

Entre autres, on peut citer la fin de l’Accord pour la paix et la réconciliation issus du processus d’Alger, la mise en place du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens, le retrait du Mali, du Burkina Faso et du Niger de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), l’annulation du concours d’entrée à la Fonction publique, la situation de Kidal. La conférence de presse était aminée par trois personnes : Mamadou Oumar Sidibé, président de la Plateforme Anw Ko Fasoko, Émile Salam Sow et Modibo Konaté, tous deux vice-présidents de ce regroupement politique porté sur les fonts baptismaux en 2021 par plusieurs dizaines de partis politiques et associations.

D’entrée de jeu, Émile Salam Sow a dit que la Plateforme Anw Ko Fasoko prend acte des décisions prises ces dernières semaines par les autorités de la Transition, notamment le retrait du Mali de la Cedeao, la fin de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la mise en place du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens et l’annulation du concours d’entrée à la Fonction publique. «La Plateforme Anw Ko Fasoko n’a pas été consultée par les autorités de la Transition.


C’est à travers les communiqués lus à la télévision nationale que nous avons pris connaissance de ces différentes décisions prises par les autorités», a cependant tenu à préciser Émile Salam Sow. Et le conférencier de rappeler : «Nous avons été les premiers à dénoncer la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale à cause du contenu du document. Nous étions convaincus que l’accord ne pouvait pas être appliqué au risque de diviser le pays. Le temps nous a donné raison et nous ne sommes pas surpris de la décision des autorités de mettre fin à l’accord».

Parlant du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens, le vice-président de la Plateforme Anw Ko Fasoko dira que «la tenue d’un dialogue inter-Maliens doit être inclusif à travers la participation de toutes les parties prenantes en cette étape cruciale de la vie de notre pays». Après avoir martelé «qu’on ne peut nullement faire un dialogue pour la paix et la réconciliation nationale avec seulement ceux qui sont d’accord avec nous», Émile Salam Sow a assuré que la Plateforme Anw Ko Fasoko «s’associera à toutes les initiatives pour la, paix et la cohésion sociale dans notre pays».

De la situation à Kidal, il en a également été question lors de cette première conférence de presse de l’année du regroupement politique. Le président du regroupement politique a salué le retour de cette région dans le giron de l’État et rendu hommage aux Forces armées maliennes (FAMa) «qui ont rendu fiers les Maliens en chassant les groupes armés de Kidal». De même, Mamadou Oumar Sidibé s’est réjoui du retour des services de base dans la région et a exhorté les autorités à poursuivre les efforts pour la sécurisation totale des régions du Nord du Mali.

Selon son président, la Plateforme Anw Ko Fasoko a toujours été préoccupée par l’amélioration des conditions de vie des Maliens et restera fidèle à ses idéaux qui s’articulent autour du Dambé, du Ladrya et du Danaya. Le regroupement politique a-t-il aujourd’hui des griefs contre les autorités de la Transition ? «Si nous disons prendre acte des décisions qui ont été prises par les autorités, cela ne signifie pas que nous apprécions tout ce qu’elles font. En fait, notre Plateforme n’est pas une force d’opposition, au contraire notre objectif principal est d’aider les autorités pour la réussite de la Transition.

Aujourd’hui, tous les Maliens et toutes les Maliennes doivent se battre pour la réussite de la Transition qui passe par l’organisation d’élections transparentes dans les meilleurs délais possibles», a répondu Mamadou Oumar Sidibé. Pour le premier responsable de la Plateforme Anw Ko Fasoko, toutes les décisions qui ont été prises ces dernières semaines par les autorités de la Transition ont des avantages, mais aussi des inconvénients. Le plus important, soulignera-t-il, c’est de positiver ces décisions et faire en sorte qu’elles n’impactent pas trop la vie des Maliennes et des Maliens.


«Nous devons tous avoir présent à l’esprit que chacun a son mot à dire et sa part de responsabilité dans la reconstruction du pays. L’avenir du Mali passe par la réussite de la Transition», a répété Mamadou Ouamr Sidibé, avant d’annoncer que la plateforme a mis en place une commission pour examiner les conséquences du retrait du Mali de la Cedeao et que les conclusions de ce groupe de travail seront dévoilées dans les semaines à venir lors d’une rencontre avec la presse.

Soulemane Bobo Tounkara

Lire aussi : CAN 2023 : L’histoire se répète pour le Nigeria

Quarante ans après sa défaite en finale 3-1 contre le Cameroun, la sélection nigériane chute à nouveau sur la dernière marche du podium, cette fois face au pays hôte de la CAN, la Côte d’Ivoire qui avait également organisé l’édition de 1984. C’est la 5è défaite des Nigérians en 8.

Lire aussi : CAN 2023 : Les éléphants forcent le destin

La Côte d’Ivoire est donc allée au bout de son rêve. Comme portés par une force divine après la fin de la phase de poules de la CAN et leur repêchage au titre de meilleurs troisièmes, les Éléphants, version Emerse Faé, sont devenus hier, les nouveaux rois d’Afrique grâce à leur victo.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : L’outsider devient favori

S’achemine-t-on vers le scénario le plus improbable de l’histoire de la CAN, c’est-à-dire un sacre des Éléphants de Côte d’Ivoire ? C’est la question que l’on peut se poser après le nouveau coup réalisé par l’hôte de la CAN, face à la RD Congo, battue 1-0 en demi-finale, merc.

Lire aussi : Aigles : Éric Chelle doit-il partir ou rester ?

Éric Sékou Chelle à genou aux abords de la pelouse pleurant à chaudes larmes sous les yeux des autres membres du staff technique qui lui versaient de l’eau sur la tête..

Lire aussi : Au Rebond : Un échec frustrant

La défaite 2-1 contre la Côte d’Ivoire, samedi 3 février en quarts de finale de la CAN 2023 est difficile à digérer et risque de laisser une plaie profonde. Explication.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Mali : La 40è promet du spectacle

Après le Burkina Faso, battu hier en huitièmes de finale (voir ci-dessus l’article de nos envoyés spéciaux en Côte d’Ivoire, Ladji M. Diaby et Habibou Kouyaté), un autre derby ouest-africain attend les Aigles qui s’annonce plus passionnant..

Les articles de l'auteur

CAN 2023 : L’histoire se répète pour le Nigeria

Quarante ans après sa défaite en finale 3-1 contre le Cameroun, la sélection nigériane chute à nouveau sur la dernière marche du podium, cette fois face au pays hôte de la CAN, la Côte d’Ivoire qui avait également organisé l’édition de 1984. C’est la 5è défaite des Nigérians en 8 finales.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mardi 13 février 2024 à 11:36

CAN 2023 : Les éléphants forcent le destin

La Côte d’Ivoire est donc allée au bout de son rêve. Comme portés par une force divine après la fin de la phase de poules de la CAN et leur repêchage au titre de meilleurs troisièmes, les Éléphants, version Emerse Faé, sont devenus hier, les nouveaux rois d’Afrique grâce à leur victoire 2-1 contre le Nigeria en finale de la 34è édition de la CAN..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 12 février 2024 à 08:03

Côte d’Ivoire : L’outsider devient favori

S’achemine-t-on vers le scénario le plus improbable de l’histoire de la CAN, c’est-à-dire un sacre des Éléphants de Côte d’Ivoire ? C’est la question que l’on peut se poser après le nouveau coup réalisé par l’hôte de la CAN, face à la RD Congo, battue 1-0 en demi-finale, mercredi 8 février au stade Alassane Ouattara d’Olembe..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:26

Aigles : Éric Chelle doit-il partir ou rester ?

Éric Sékou Chelle à genou aux abords de la pelouse pleurant à chaudes larmes sous les yeux des autres membres du staff technique qui lui versaient de l’eau sur la tête..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié jeudi 08 février 2024 à 08:10

Au Rebond : Un échec frustrant

La défaite 2-1 contre la Côte d’Ivoire, samedi 3 février en quarts de finale de la CAN 2023 est difficile à digérer et risque de laisser une plaie profonde. Explication.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 05 février 2024 à 08:56

Côte d’Ivoire-Mali : La 40è promet du spectacle

Après le Burkina Faso, battu hier en huitièmes de finale (voir ci-dessus l’article de nos envoyés spéciaux en Côte d’Ivoire, Ladji M. Diaby et Habibou Kouyaté), un autre derby ouest-africain attend les Aigles qui s’annonce plus passionnant..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mercredi 31 janvier 2024 à 09:43

Cricket : Deux nouvelles ligues portées sur les fonts baptismaux

La Fédération malienne de cricket (FeMaCrik) compte désormais six Ligues. Après les Ligues de Bamako, Koulikoro, Sikasso et Ségou, l’instance dirigeante du cricket national vient d’enregistrer l’affiliation des Ligues de San et Koutiala..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mardi 30 janvier 2024 à 09:26

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner