#Mali :Cultures de contre saison à Baguinéda : La bonne moisson des producteurs de l’Opib

Les activités de récoltes battent leur plein dans le périmètre. Et il y a de quoi donner le sourire aux producteurs

Publié mercredi 22 mai 2024 à 18:58 , mis à jour dimanche 16 juin 2024 à 15:50
#Mali :Cultures de contre saison à Baguinéda : La bonne moisson des producteurs de l’Opib

L’hivernage s’annonce déjà dans certaines parties du pays qui enregistrent de façon régulière des pluies. D’autres endroits aussi sont arrosés de façon intermittente. D’ores et déjà, les prévisionnistes de la météo annoncent un début d’hivernage précoce pour certaines régions; notamment celles situées au sud du pays. La vague de chaleur qui s’abat sur les pays de façon générale favorise la survenue de ces pluies souvent dévastatrices.

Néanmoins, les producteurs commencent aussi les préparatifs pour réussir une bonne campagne agricole. Dans les périmètres rizicoles à double saison comme c’est le cas à l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda (Opib), situé à une trentaine de kilomètres de Bamako, l’heure est aux récoltes de riz de contre-saison en vue de se préparer pour la grande saison des pluies.

Samedi dernier, sur les périmètres de l’Opib, la journée s’annonçait chargée alors que la récolte de contre-saison battait son plein. Dans les vastes étendues de l’Office, une journée de récolte de riz débute bien avant l’aube. Avant même d’atteindre les champs, les signes d’activités débordantes étaient manifestes le long du canal principal, où les riverains vaquaient à leurs occupations.

Si certains habitants s’adonnaient à la lessive, d’autres pêchaient du poisson, tandis que les plus jeunes jouaient près de l’eau. Ces riverains s’activent dès les premières lueurs du jour, au bord du canal principal qui alimente les périmètres. Ici, le canal est bien plus qu’un simple cours d’eau, c’est le cœur battant de la communauté, fournissant de l’eau vitale pour les cultures mais aussi pour les tâches quotidiennes.

Aux environs de 11 heures, alors que le soleil darde ses rayons ardents, la récolte se déroule dans un champ. La première équipe de travailleurs, composée essentiellement de jeunes hommes a demarré son labeur dès 6 heures du matin. Elle observe une pause bien méritée à l’ombre des arbres et autour de théières posées sur des fourneaux ardents.

Ce répit leur servira à reprendre des forces après le repas de midi avant de poursuivre le service jusqu’à 18 heures. Armés de faucilles, ces jeunes hommes forment une équipe de cinq personnes pour la récolte du riz. À leur côté, un groupe de femmes courageuses, venant d’un village voisin. Elles ramassent les épis de riz pour les attacher en bottes avant de les acheminer vers les machines de battage.

 

FRAIS RÉMUNÉRATEURS- Le champ visité appartient à Mme Diarra Aminata Dembélé, une passionnée de l’agriculture qui consacre actuellement son temps et son énergie à cette terre nourricière. Depuis sa retraite en 2007, elle n’a jamais cessé de cultiver du riz, une tradition qu’elle a perpétuée depuis ses débuts à l’Office en 1983. Malgré les défis et les aléas climatiques, les récoltes de contre saison s’annoncent prometteuses dans son champ d’environ 1 hectare et demi.

Pour cette campagne de contre saison, le champ de riz de la retraitée a été productif contrairement à l’année précédente. Sourire aux lèvres, la retraitée est fière de l’aspect végétatif des épis de riz de son champ. Son riz a été bien repiqué et le niveau d’eau a été respecté pour les cultures, explique Bougou Coulibaly, le chef d’équipe en charge de la récolte du champ de riz de Mme Diarra Aminata Dembélé. Pour ce travail, Bougou et son équipe empocheront une rémunération oscillant entre 40.000 et 50.000 Fcfa.

Dans les zones de cultures à maîtrise totale de l’eau, la récolte de contre saison annonce le début du démarrage des activités de la campagne pluvieuse. En cette période, l’insuffisance de main d’œuvre entrave le bon déroulement de la campagne de récoltes de contre saison. Les périmètres de l’Opib n’échappent pas à cette réalité. Ce qui explique, selon Bougou, la presque rareté de la main d’œuvre pour les récoltes et aussi que les jeunes aptes qui sont partis à l’exode ne sont pas tous de retour au village.

Fanta Berthé est la présidente du groupement des femmes qui interviennent à différents niveaux des travaux champêtres (semis, repiquage, désherbage, récolte, battage, etc.) Elles apportent leurs concours contre rémunérations aux producteurs pour les travaux champêtres en contre saison comme en saison pluvieuse. Ces activités leur permettent de soutenir leur foyer et de subvenir à leurs dépenses quotidiennes.

«Nous intervenons dans le périmètre à tout moment de l’année selon les niveaux de cultures. Nous sommes présentes partout où nous sommes sollicitées», confie Fanta Berthé, expliquant qu’un hectare de riz est repiqué à 50.000 Fcfa et les frais de récoltes d’un champ d’un hectare et demi varient de 15.000 à 20.000 Fcfa. Même si le travail dans le périmètre irrigué est pénible, Fanta Berthé et ses collègues s’en réjouissent, car elles tirent leur épingle du jeu. La brave dame encourage les autres femmes à refuser la fatalité, à éviter l’oisiveté et la mendicité en vue de s’assurer une émancipation durable.

 

5 TONNES DE RIZ DÉCORTIQUÉES- Mme Diarra Aminata Dembélé est un des exemples prônés par Fanta Berthé, elle qui a refusé de vivre aux crochets des siens, et a préféré s’investir personnellement pour subvenir à ses besoins alimentaires. Elle produit principalement du riz en contre saison et en saison pluvieuse. Mme Diarra Aminata Dembélé explique que l’Opib annonce aux producteurs le déroulé de la campagne de façon générale.

La contre saison a démarré au mois de décembre pour prendre fin en ce mois de mai. Elle a ses propres contraintes et les paysans candidats doivent prendre beaucoup de précautions en amont pour la réussir. Ces précautions vont de la qualité des semences à l’installation des pépinières, les travaux de repiquage du riz, explique Mme Diarra. Pour faire ce travail, elle bénéficie de l’expertise des techniciens de l’Opib de même que de la main d’œuvre qualifiée pour l’épauler. Malgré les défis, les perspectives de production de la contre saison sont prometteuses, selon Mme Diarra.

Pour cette campagne de contre saison, elle mise sur plus de 100 sacs de riz paddy, soit environ 5 tonnes de riz décortiqué. Elle a semé la variété de riz Gambiaka sur sa parcelle qui peut lui procurer selon les campagnes une production moyenne d’environ 80 sacs de riz paddy par hectare. Contrairement à l’année précédente, cette année, ses cultures ont été productives à cause de l’absence des maladies et des nuisibles sur les cultures ainsi que la bonne disponibilité de l’eau. Mme Diarra Aminata Dembélé demande aux autorités de faciliter l’obtention des terres aux femmes pour pouvoir contribuer à la souveraineté alimentaire de notre pays.

Dans les exploitations rizicoles à grande échelle comme le cas de l’Opib, la gente masculine constitue le principal bastion des exploitants. C’est ainsi que Mohamed Kouma est un commerçant qui quitte tous les deux jours la capitale pour les périmètres de l’Opib pendant la campagne. Cette année, il est à sa première expérience dans la culture de produits maraîchers pendant la contre saison. Pour cette campagne, il a cultivé essentiellement des aubergines et du gombo. Contrairement aux cultures rizicoles, les parcelles maraîchères de Mohamed Kouma ont été légèrement attaquées par des nuisibles. Bien qu’il soit un peu en retard sur l’avancée des cultures de contre saison, il espère bien s’en sortir pour cette campagne.

 

CONTRE SAISON AVANTAGEUSE- Son collègue Amadou Karambé, producteur de riz dans l’Opib, explique qu’en contre saison, les maladies des cultures sont très rares contrairement à la saison pluvieuse, surtout pour la céréale favorite. Au cours de cette campagne, ce dernier n’a remarqué aucun cas d’apparition de nuisibles ou de maladies sur ses cultures. Ce qui a fait que les résultats escomptés pour son champ d’environ un hectare ont été atteints pour cette campagne. En revanche, les cultures maraîchères sont, elles, très sensibles aux aléas climatiques et aux maladies végétales.

Selon certains producteurs rencontrés, quelques cas d’infestations ont été signalés par endroits dans l’Office sur certaines cultures maraîchères. Les paysans estiment à ce sujet que la production en contre saison de riz est plus avantageuse qu’en saison pluvieuse si les cultures sont en bonne santé.

Justement, l’hivernage se prépare petit à petit. La disponibilité de la main d’œuvre est un casse-tête permanent pour les producteurs à cause des préparatifs de la nouvelle campagne.

Toutefois, certains paysans de l’Opib que nous avons rencontrés sollicitent le soutien des autorités pour la disponibilité à temps des intrants agricoles pour cette campagne qui s’annonce afin d’accroître la production nationale et atteindre les objectifs de production céréalière estimés à plus de 10 millions de tonnes.

Ces objectifs ne sont pas hors de portée si les conditions climatiques (une bonne saison de pluie bien répartie dans le temps et l’espace), matérielles et un front de nuisibles apaisé sont réunies. Le pays a besoin d’une bonne campagne agricole fructueuse pour adoucir les souffrances d’un climat sécuritaire fragile. Les autorités veillent au grain et les efforts militaires et sécuritaires déployés au quotidien pour sécuriser davantage le pays ne tarderont pas à porter leurs fruits. Pour le plus grand bonheur des populations durement éprouvées par une décennie de terrorisme.

Makan SISSOKO

Lire aussi : #Mali : Vente promotionnelle de moutons : 31.000 têtes mises sur le marché par le gouvernement

Ces moutons sont disponibles dans le District de Bamako, notamment sur les sites de vente de Sogoniko, Badialan I, Lafiabougou, Torokorobougou et dans les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti. Leurs prix varient de 60.000 à 140.000 Fcfa.

Lire aussi : #Mali : Moutons de Tabaski : Timide affluence sur les marchés

Cette situation est due à plusieurs facteurs. Les marchands dénoncent le prix élevé des aliments bétail, les tracasseries au niveau des postes de contrôle et les frais élevés du transport des bêtes.

Lire aussi : #Mali : Recherche agricole : Les acteurs en conclave pour améliorer les performances

La 30è session du Comité de programme de l’Institut d’économie rurale (IER) se tient du 10 au 14 juin au Centre régional de recherche agronomique (CRRA) de Sotuba. L’ouverture des travaux était présidée hier par le conseiller technique du ministère de l’Agriculture, Amadou Cheick Tra.

Lire aussi : #Mali : Protection de l’environnement : Bientôt l’Ong Energia-Mali organise la 1ère édition des Journées écologiques à Siby

Depuis plusieurs années, les membres de l’Ong Energia-Mali (Réseau genre et énergie durable) contribuent significativement aux actions de protection de l’environnement et de promotion des énergies renouvelables. Cette année, dans le cadre des activités de la 25è édition de la Quinzaine d.

Lire aussi : #Mali : Journée mondiale de l’environnement : Orange Mali plante 1.000 arbres à la cité des enfants

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré hier la Journée mondiale de l’environnement. Dans le cadre de cet évènement, l’Opérateur de téléphonie mobile Orange Mali a lancé son projet de plantation de 1.000 arbres au niveau du parc des manèges de la Cité des.

Lire aussi : #Mali : Élevage et pêche : Le ministre Youba Ba satisfait des réalisations du projet Padel-M

Après 6 ans d’exécution (2018 à 2024), le Projet d’appui au développement de l’élevage au Mali (Padel-M) prendra fin le 30 juin prochain..

Les articles de l'auteur

#Mali : Vente promotionnelle de moutons : 31.000 têtes mises sur le marché par le gouvernement

Ces moutons sont disponibles dans le District de Bamako, notamment sur les sites de vente de Sogoniko, Badialan I, Lafiabougou, Torokorobougou et dans les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti. Leurs prix varient de 60.000 à 140.000 Fcfa.

Par Makan SISSOKO


Publié jeudi 13 juin 2024 à 18:39

#Mali : Moutons de Tabaski : Timide affluence sur les marchés

Cette situation est due à plusieurs facteurs. Les marchands dénoncent le prix élevé des aliments bétail, les tracasseries au niveau des postes de contrôle et les frais élevés du transport des bêtes.

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 10 juin 2024 à 18:21

#Mali : Recherche agricole : Les acteurs en conclave pour améliorer les performances

La 30è session du Comité de programme de l’Institut d’économie rurale (IER) se tient du 10 au 14 juin au Centre régional de recherche agronomique (CRRA) de Sotuba. L’ouverture des travaux était présidée hier par le conseiller technique du ministère de l’Agriculture, Amadou Cheick Traoré..

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 10 juin 2024 à 18:06

#Mali : Protection de l’environnement : Bientôt l’Ong Energia-Mali organise la 1ère édition des Journées écologiques à Siby

Depuis plusieurs années, les membres de l’Ong Energia-Mali (Réseau genre et énergie durable) contribuent significativement aux actions de protection de l’environnement et de promotion des énergies renouvelables. Cette année, dans le cadre des activités de la 25è édition de la Quinzaine de l’environnement, l’ONG et ses partenaires au développement attendent mener une série d’activités dans les localités de Sélingué, Siby et Kéla..

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 10 juin 2024 à 08:56

#Mali : Journée mondiale de l’environnement : Orange Mali plante 1.000 arbres à la cité des enfants

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré hier la Journée mondiale de l’environnement. Dans le cadre de cet évènement, l’Opérateur de téléphonie mobile Orange Mali a lancé son projet de plantation de 1.000 arbres au niveau du parc des manèges de la Cité des enfants situé à Niamakoro..

Par Makan SISSOKO


Publié mercredi 05 juin 2024 à 18:40

#Mali : Élevage et pêche : Le ministre Youba Ba satisfait des réalisations du projet Padel-M

Après 6 ans d’exécution (2018 à 2024), le Projet d’appui au développement de l’élevage au Mali (Padel-M) prendra fin le 30 juin prochain..

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 27 mai 2024 à 18:47

#Mali : Approvisionnement en engrais : 15.000 tonnes offertes par le PRSA

Ces engrais sont réceptionnés dans le cadre du Programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest (PRSA). Avec ce dispositif, nos autorités entendent résoudre le problème d’engrais dans les zones d’intervention du projet.

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 27 mai 2024 à 09:04

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner