#Mali : Élevage et pêche : Le ministre Youba Ba satisfait des réalisations du projet Padel-M

Après 6 ans d’exécution (2018 à 2024), le Projet d’appui au développement de l’élevage au Mali (Padel-M) prendra fin le 30 juin prochain.

Publié lundi 27 mai 2024 à 18:47 , mis à jour jeudi 20 juin 2024 à 21:31
#Mali :  Élevage et pêche : Le ministre Youba Ba satisfait des réalisations du projet Padel-M

Ces vaches laitières issues de l’insémination artificielle produisent 10 à 35 litres de lait par jour et par vache


Pour s’enquérir de ses résultats et impacts, le ministre de l’Élevage et de la Pêche, Youba Ba a effectué les 25 et 26 mai derniers, une visite de terrain pour rencontrer certains bénéficiaires sur quelques sites de réalisation dans les Régions de Koulikoro et de Ségou. Pour la circonstance, le ministre était accompagné d’une forte délégation composée notamment du coordonnateur national du projet Padel-M, Moussa Coulibaly, des acteurs de la filière bétail-viande ainsi que des membres du Conseil national de Transition (CNT).

De Kasséla à Ségou, en passant par Konobougou, le constat est le même. Le Projet Padel-M a permis d’augmenter les revenus et améliorer les conditions de travail des communautés bénéficiaires. Partout où la délégation est passée, elle a échangé avec les bénéficiaires sur les conditions de travail ainsi que les états d’avancement des travaux en chantier.

La série de visites qui a débuté par la Société coopérative «Bagan yiriwa ton» de Kasséla a permis à la délégation de s’imprégner des conditions de travail de cette coopérative qui gère un centre stratégique de collecte de lait avec une capacité journalière de 3.500 litres de lait frais. En plus de la  collecte, la mini-laiterie fait également le traitement et la vente de produits laitiers.

Elle a bénéficié du financement du projet Padel-M à travers la construction d’un nouveau centre avec toutes les commodités, alimenté par l’énergie solaire pour un coût total de 160 millions de Fcfa. Les membres de cette coopérative ont expliqué que le centre est actuellement confronté à un problème d’électricité qui impacte la conservation des produits. La conservation étant essentielle pour garder les valeurs nutritives du lait, ce produit ne peut pas faire deux jours en dehors du froid. Ce qui fait perdre aux acteurs, environ 950 litres de lait par jour à cause de la mévente. 

Après cette étape, la délégation a mis le cap sur la ferme laitière d’Oumarou Diallo dit Djoubi. Cet éleveur traditionnel possède 9 vaches laitières issues de l’insémination artificielle avec une production moyenne de 180 litres par jour en raison de 10 à 35 litres de lait produit par vache. Grâce à l’appui du projet, l’éleveur a bénéficié d’un financement facilitant la réalisation d’une ferme moderne dotée d’étables pour vaches laitières et d’une machine de broyage qui permet de faire la technique de l’ensilage pour augmenter la valeur nutritionnelle des cultures fourragères par conservation dans les silos. À côté de cette infrastructure en chantier, Oumarou Diallo développe la production fourragère, notamment la culture de «l’herbe à éléphant» pour ses animaux sur une superficie de 5 hectares. Il a bénéficié d’une formation en champ école et d’un financement de ses activités à hauteur de 60% d’investissement.

 

300 À 900 TÊTES- Souleymane Traoré possède une ferme d’embauche bovine sur une superficie de 2 hectares à Banankôrô, un village situé à 10 kilomètres de la ville de Ségou. Pour développer ses affaires, cet ingénieur d’élevage de formation a reçu du projet, un financement de 53 millions de Fcfa sur un coût initial de réalisation de 97 millions de Fcfa, évalué à 170 millions de Fcfa. Il se dit très satisfait, car il a pu agrandir son exploitation et booster sa production et sa productivité tout en créant des emplois.

Après cette étape, la délégation s’est rendue à Ségou Pélengana, précisément dans le village de Koukoun, chez Bally Nougueme qui détient une ferme d’embouche bovine de 1,25 hectare. Le coût total des réalisations de son projet est à un peu plus de 98 millions de Fcfa dont 59 millions Fcfa de subvention accordés par Padel-M. Avant, le producteur avait une capacité de 100 à 150 têtes par an. Avec l’appui du projet, il compte atteindre 300 à 900 têtes dès la première année.

Le secteur de la pêche de Ségou n’est pas resté en marge des activités du Padel-M. Ses bureaux ont été construits et équipés avec des outils de dernière génération. Le bâtiment est composé de deux bureaux, une salle de réunion, un magasin et des toilettes. Ces  réalisations ont coûté 21 millions de Fcfa au projet.

La mission a pris fin par la visite du marché à bétail de Konobougou. Ce marché a été réhabilité et équipé avec toutes les commodités requises. Le coût des investissements est évalué à 100 millions de Fcfa financé par le Projet. Ce marché est en activité depuis 60 ans. Il est l’un des plus importants du pays, fréquenté par les marchands de bétail de plusieurs Régions et des pays voisins. Le président de l’interprofession de la filière bétail-viande du Mali, Mamoudou Abdoulaye Diallo a salué les prouesses du projet Padel-M à l’endroit des producteurs. Il a noté que le projet a fait des œuvres utiles permettant de booster l’élevage et d’augmenter la production et les revenus des éleveurs au Mali. Mamoudou Abdoulaye Diallo a pris l’engagement que son interprofession assurera le suivi pour la pérennisation des infrastructures.

En fin de mission, le ministre Youba Ba s’est dit très satisfait des résultats du projet au regard de l’enthousiasme des acteurs. «Nous nous sommes rendus sur le terrain pour voir de visu et observer l’impact du Padel-M de 2018 à 2024. Les résultats du projet sont largement atteints. Le taux de décaissement est de 87% et les acteurs sont satisfaits des actions menées», a-t-il déclaré, avant d’exhorter les techniciens de réfléchir sur les voies et moyens pour intensifier les actions du projet.

Le montant global du Projet Padel-M est de 34 milliards de Fcfa. Il a financé 121 Plans d’affaires dans diverses domaines notamment les filières bétail-viande, lait, avicole, poisson, etc. pour un montant de près de 6 milliards de Fcfa. Il a pour objectifs d’améliorer la productivité et la commercialisation des produits animaux non pastoraux en mettant l’accent sur la modernisation et l’intensification des productions animales.

 

Makan SISSOKO

Lire aussi : #Mali : Démarrage de l’hivernage : Pourquoi peu de pluies sur Bamako et Environs ?

Cette situation est l’une des conséquences de la crise énergétique. D’après les spécialistes, l’utilisation massive des groupes électrogènes entraîne un surcroît d’émissions de gaz à effet de serre, empêchant les nuages de s’accumuler pour donner de la pluie.

Lire aussi : #Mali : Protection de l’environnement : L’ONG Energia-Mali apporte des solutions alternatives aux femmes de Kéla

L’Ong Réseau genre et énergie durable (Energia-Mali), en collaboration avec ses partenaires, a organisé mardi 11 juin, une journée de démonstration de cuisson propre et de foyers améliorés avec les femmes rurales de Kéla (Kangaba). Cette activité qui s’est tenue au Centre de développem.

Lire aussi : #Mali : Vente promotionnelle de moutons : 31.000 têtes mises sur le marché par le gouvernement

Ces moutons sont disponibles dans le District de Bamako, notamment sur les sites de vente de Sogoniko, Badialan I, Lafiabougou, Torokorobougou et dans les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti. Leurs prix varient de 60.000 à 140.000 Fcfa.

Lire aussi : #Mali : Moutons de Tabaski : Timide affluence sur les marchés

Cette situation est due à plusieurs facteurs. Les marchands dénoncent le prix élevé des aliments bétail, les tracasseries au niveau des postes de contrôle et les frais élevés du transport des bêtes.

Lire aussi : #Mali : Recherche agricole : Les acteurs en conclave pour améliorer les performances

La 30è session du Comité de programme de l’Institut d’économie rurale (IER) se tient du 10 au 14 juin au Centre régional de recherche agronomique (CRRA) de Sotuba. L’ouverture des travaux était présidée hier par le conseiller technique du ministère de l’Agriculture, Amadou Cheick Tra.

Lire aussi : #Mali : Protection de l’environnement : Bientôt l’Ong Energia-Mali organise la 1ère édition des Journées écologiques à Siby

Depuis plusieurs années, les membres de l’Ong Energia-Mali (Réseau genre et énergie durable) contribuent significativement aux actions de protection de l’environnement et de promotion des énergies renouvelables. Cette année, dans le cadre des activités de la 25è édition de la Quinzaine d.

Les articles de l'auteur

#Mali : Démarrage de l’hivernage : Pourquoi peu de pluies sur Bamako et Environs ?

Cette situation est l’une des conséquences de la crise énergétique. D’après les spécialistes, l’utilisation massive des groupes électrogènes entraîne un surcroît d’émissions de gaz à effet de serre, empêchant les nuages de s’accumuler pour donner de la pluie.

Par Makan SISSOKO


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:21

#Mali : Protection de l’environnement : L’ONG Energia-Mali apporte des solutions alternatives aux femmes de Kéla

L’Ong Réseau genre et énergie durable (Energia-Mali), en collaboration avec ses partenaires, a organisé mardi 11 juin, une journée de démonstration de cuisson propre et de foyers améliorés avec les femmes rurales de Kéla (Kangaba). Cette activité qui s’est tenue au Centre de développement de la petite enfance (CDPE) de Kéla, s’inscrit dans le cadre des activités de la 25è édition de la Quinzaine de l’environnement..

Par Makan SISSOKO


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:12

#Mali : Vente promotionnelle de moutons : 31.000 têtes mises sur le marché par le gouvernement

Ces moutons sont disponibles dans le District de Bamako, notamment sur les sites de vente de Sogoniko, Badialan I, Lafiabougou, Torokorobougou et dans les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti. Leurs prix varient de 60.000 à 140.000 Fcfa.

Par Makan SISSOKO


Publié jeudi 13 juin 2024 à 18:39

#Mali : Moutons de Tabaski : Timide affluence sur les marchés

Cette situation est due à plusieurs facteurs. Les marchands dénoncent le prix élevé des aliments bétail, les tracasseries au niveau des postes de contrôle et les frais élevés du transport des bêtes.

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 10 juin 2024 à 18:21

#Mali : Recherche agricole : Les acteurs en conclave pour améliorer les performances

La 30è session du Comité de programme de l’Institut d’économie rurale (IER) se tient du 10 au 14 juin au Centre régional de recherche agronomique (CRRA) de Sotuba. L’ouverture des travaux était présidée hier par le conseiller technique du ministère de l’Agriculture, Amadou Cheick Traoré..

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 10 juin 2024 à 18:06

#Mali : Protection de l’environnement : Bientôt l’Ong Energia-Mali organise la 1ère édition des Journées écologiques à Siby

Depuis plusieurs années, les membres de l’Ong Energia-Mali (Réseau genre et énergie durable) contribuent significativement aux actions de protection de l’environnement et de promotion des énergies renouvelables. Cette année, dans le cadre des activités de la 25è édition de la Quinzaine de l’environnement, l’ONG et ses partenaires au développement attendent mener une série d’activités dans les localités de Sélingué, Siby et Kéla..

Par Makan SISSOKO


Publié lundi 10 juin 2024 à 08:56

#Mali : Journée mondiale de l’environnement : Orange Mali plante 1.000 arbres à la cité des enfants

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré hier la Journée mondiale de l’environnement. Dans le cadre de cet évènement, l’Opérateur de téléphonie mobile Orange Mali a lancé son projet de plantation de 1.000 arbres au niveau du parc des manèges de la Cité des enfants situé à Niamakoro..

Par Makan SISSOKO


Publié mercredi 05 juin 2024 à 18:40

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner