«N’gèlè» : Symbole de paix et du bon vivre ensemble

Pour les initiés qui y siégeaient il était interdit de mentir, de voler ou détourner les deniers publics, mais aussi de courir la femme d’autrui. C’était aussi un instrument de régulation de la société

Publié lundi 14 août 2023 à 08:01
«N’gèlè» : Symbole de paix et du bon vivre ensemble

Notre pays, selon les traditions orales, tire sa légendaire réputation de terre d’accueil et d’hospitalité du «N’gèlè» ou mirador dans la langue de Molière. Le N’gèle était non seulement un lieu stratégique pour la communauté, mais aussi un espace d’accueil des étrangers ou de simples passants vers d’autres destinations, c’est-à-dire qui cherchaient à rallier d’autres villages voisins.

Il est admis par de nombreux traditionnalistes que c’est avec l’avènement de l’école française et des religions étrangères que les choses ont pris une autre tournure. Certains manipulateurs ont travaillé au corps nos sages pour délaisser nos traditions au profit de la culture occidentale et islamique. Ce qui a plus ou moins mis en péril le système éducatif traditionnel, le vivre ensemble et les mécanismes de gestion des conflits dans notre pays. Il est surtout bon de préciser que ces aspects étaient inscrits dans les programmes d’initiation concoctés par les sages. 

Pour jauger ce qu’il en reste aujourd’hui, notre équipe de reportage a rencontré l’un des initiés de cette pratique ancestrale. Il s’agit du traditionnaliste et artiste marionnettiste, Yaya Coulibaly. 

Drapé dans une tenue de chasseur, l’artiste a accepté de nous entretenir, dans son atelier à Magnambougou, sur une pratique qui est en voie de disparition. Le rôle du N’gèle dans la société traditionnelle. Yaya Coulibaly exprime à qui veut l’entendre son regret de constater une terrible méconnaissance de nos valeurs par nombre de nos compatriotes. Pour lui, on peut encore revoir la copie et recourir à ces valeurs pour soulager notre société.


«Nous pouvons encore sauver ces valeurs pour soigner les maux qui gangrènent notre société. Je veux parler de la corruption, du vol ou détournement de deniers publics, de l’injustice et bien d’autres vices».  Selon Yaya Coulibaly, le N’guèlé ou «Ngala»,  dans certaines contrées, est le premier siège de rencontre, depuis des lustres dans le Mandé. Tous les dignitaires du village s’y retrouvaient chaque jour pour discuter des affaires de la communauté. C’était le siège des sages et toutes les grandes décisions étaient prises sur le N’guèlé. Et toutes décisions qui en sortaient étaient  appliquées à la lettre dans toutes les familles.

Le marionnettiste souligne simplement que c’était le  haut lieu de serment qui garantissait la grandeur, l’honnêteté, la sagesse. Il est généralement installé sur la place stratégique du village, notamment dans un carrefour où les routes du village se croisent.

 

Centre de formation de l’Homme- Notre interlocuteur tient à lever toute équivoque sur l’importance du N’gèle. «L’esprit de mirador est le seul moyen pour sauver notre société», martèle-t-il. Pour lui, il est clair que le N’gèle est un symbole d’espoir, parce étant uniquement réservé aux hommes d’un certain âge. Les femmes étaient convoquées pour participer à la prise des grandes décisions, mais elles ne siégeaient pas et devraient juste assister pour y être actrices de la mise en œuvre des décisions prises.

C’est le premier siège des sages. Son apparition  remonte depuis le Wagadou voire au-delà. Certains expliquent que c’est depuis que les humains ont commencé à se sédentariser. Il est lié à histoire de la chasse. Une pratique des hommes, depuis des temps. Cela a parfois instauré un lien entre les hommes et les animaux.

Et le N’guèlè était aussi un point stratégique pour le chasseur qui s’y abritait pour mieux guetter ses proies, mais aussi pour se protéger. Pour garantir cette sécurité, il a été élargi dans le village pour assurer la défense et la sécurité de la communauté, la protection de l’environnement et des animaux. Mais aussi comme symbole de justice,  de l’éducation et de la bonne organisation des événements sociaux dans le village.

Le N’guèlè était l’ange gardien des sages du village. Dans l’esprit des hommes, il était interdit, sous l’emprise de sa puissance, le mensonge, vol, les écarts de comportement ou toutes autres actions indignes. C’était l’organe principal de régulation de la communauté, selon le traditionnaliste. Malheureusement, les nouvelles civilisations ont occasionné la perte de nos repères, notamment. 

Yaya Coulibaly sait de quoi il parle en tant qu’initié. Il explique dans la fabrication du mirador on  utilisait des arbres triés sur le volet. Il s’agit du caïcédrat, du «n’guèlé», le «genou» et du rônier. La largeur du N’gèle était composée de «5 fourchettes qui correspondent aux cinq doigts de l’homme». Le pilier central  se pose sur des sacrifices très solides. «Rien n’était fait au hasard, c’était une société gérontocratique bien définie  où, chacun avait un rôle.


Seuls les initiés  avaient le droit de  s’y asseoir dessus», rappelle Coulibaly. Et ceux qui étaient initiés étaient tenus au respect de leur serment, c’est-à-dire celui de ne pas mentir, voler, courir la femme d’autrui… Seul, un homme de caste, généralement un vieux forgeron, était autorisé à s’y asseoir le jour de l’intronisation sur le N’gèle. Ce rituel est répété  tous les 7 ans (puisque le N’gèle est rénové à cette période) en grande pompe puisque.

 

SYMBOLE DE LA PAIX ET DE LA COHÉSION SOCIALE-  Les affaires courantes du village étaient discutées sur ce lieu. C’était la place des armées pour débattre des stratégies et plans pour la défense du village en cas d’agression. Les décisions prises sur ce lieu étaient considérées comme un engagement qui à valeur de serment devant la communauté.


C’est pourquoi, pour donner la valeur à la décision, le chef de famille rappelait toujours qu’elle avait été prise par les sages. S’asseoir sur le mirador était interdit aux impurs. Et les Mandekan étaient liés à leur dignité. Mais aussi au serment de l’animal totémique qui est  extrêmement important dans le Mandé. Le spécialiste des arts et de la culture se dit  initier pour pouvoir  parler de tous ces aspects de notre riche culture.

Les sages avaient un langage clair. Ils apprenaient sur le mirador à tout dire clairement sans prendre de gants lors des rencontres. Au-delà de son caractère éducatif, le N’gèlé est un instrument juridique parce que permettant aux sages qui y siégeaient de trancher lorsqu’il y avait un conflit au sein de la communauté ou en cas de mésentente  entre les citoyens. Il dispose d’un pouvoir de juridiction pour sanctionner le fautif et jouait également le rôle de maintien d’ordre dans la communauté et veillait sur le village contre toutes attaques. Le sage souhaite enfin la reconnaissance des mérites qui a toujours fait la beauté du Mandé.

Amadou SOW

Lire aussi : #Mali : N’golo Fassi Sogoba : Un arrière-goût d’inachevé

Cet artiste aux multiples facettes a marqué l’histoire musicale de sa communauté, sans pour autant enregistrer un seul album. Il espère un jour réaliser ce rêve.

Lire aussi : #Mali: Transport en commun : Un casse-tête

Certains passagers se plaignent de voir les apprentis s’octroyer le droit de leur imposer des tarifs. Ils en appellent aux autorités compétentes en vue de mettre de l’ordre dans ce secteur.

Lire aussi : #Mali : Festivals culturels : Des outils de développement

Ces rendez-vous culturels boostent l’économie des régions ou cercles d’accueil. Au cours des activités, les habitants réalisent des business intéressants avec des produits locaux qu’ils proposent aux festivaliers.

Lire aussi : #Mali : Forum de la jeunesse en Chine : Le plaidoyer du Malien Amadou Biga

La 8è édition du Grand rassemblement de la jeunesse Chine-Afrique s’est tenue du 20 au 27 mai dernier à Beijing dans la capitale chinoise et Jinhua dans la province de Zhejiang (en Chine) sous le thème : «Rassembler les forces de la jeunesse et construire la modernisation Chine-Afrique»..

Lire aussi : #Mali : Sankè-Mô : Un patrimoine à préserver

La valorisation et la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel sont toujours au cœur des préoccupations des autorités. Celles-ci s’inscrivent dans une vision de notre savoir-faire et savoir-vivre.

Lire aussi : #Mali : Fête des masques et marionnettes à Koulouninko : La tradition se perpétue

Samedi dernier, la place publique de Koulouninko, un quartier périphérique de Bamako, avait revêtu ses plus beaux atours, en plus du drapeau national : vert, or et rouge, pour accueillir la 16è édition de la fête traditionnelle et folklorique du quartier qui s’est tenue sous le thème : «En.

Les articles de l'auteur

#Mali : N’golo Fassi Sogoba : Un arrière-goût d’inachevé

Cet artiste aux multiples facettes a marqué l’histoire musicale de sa communauté, sans pour autant enregistrer un seul album. Il espère un jour réaliser ce rêve.

Par Amadou SOW


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:45

#Mali: Transport en commun : Un casse-tête

Certains passagers se plaignent de voir les apprentis s’octroyer le droit de leur imposer des tarifs. Ils en appellent aux autorités compétentes en vue de mettre de l’ordre dans ce secteur.

Par Amadou SOW


Publié mardi 11 juin 2024 à 17:51

#Mali : Festivals culturels : Des outils de développement

Ces rendez-vous culturels boostent l’économie des régions ou cercles d’accueil. Au cours des activités, les habitants réalisent des business intéressants avec des produits locaux qu’ils proposent aux festivaliers.

Par Amadou SOW


Publié lundi 10 juin 2024 à 18:05

#Mali : Forum de la jeunesse en Chine : Le plaidoyer du Malien Amadou Biga

La 8è édition du Grand rassemblement de la jeunesse Chine-Afrique s’est tenue du 20 au 27 mai dernier à Beijing dans la capitale chinoise et Jinhua dans la province de Zhejiang (en Chine) sous le thème : «Rassembler les forces de la jeunesse et construire la modernisation Chine-Afrique»..

Par Amadou SOW


Publié lundi 10 juin 2024 à 09:16

#Mali : Sankè-Mô : Un patrimoine à préserver

La valorisation et la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel sont toujours au cœur des préoccupations des autorités. Celles-ci s’inscrivent dans une vision de notre savoir-faire et savoir-vivre.

Par Amadou SOW


Publié mercredi 05 juin 2024 à 19:14

#Mali : Fête des masques et marionnettes à Koulouninko : La tradition se perpétue

Samedi dernier, la place publique de Koulouninko, un quartier périphérique de Bamako, avait revêtu ses plus beaux atours, en plus du drapeau national : vert, or et rouge, pour accueillir la 16è édition de la fête traditionnelle et folklorique du quartier qui s’est tenue sous le thème : «Ensemble pour le développement de Koulouninko»..

Par Amadou SOW


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:02

#Mali : Métiers des arts : Le collectif des organisations professionnelles réclame le renouvellement des instances

On sent une colère diffuse au niveau du Collectif des organisations professionnelles d’artisans du Mali. Celui-ci estime que les mandats sont expirés depuis plus d’une décennie et réclame donc légitimement le renouvellement des instances des chambres de métiers du Mali. Le Collectif a animé, la semaine dernière à la Bourse du travail, un point de presse sur la question..

Par Amadou SOW


Publié mercredi 29 mai 2024 à 18:18

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner