Journée internationale de la paix : L’EMP-ABB suscite le débat

La promotion de la culture de la paix à travers la formation, la sensibilisation, l’information, la recherche et les échanges d’idées font partie de l’essence et des missions de l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) de Bamako. C’est dans ce cadre que l’établissement a commémoré le mercredi 21 septembre, la journée internationale de la paix.

Par

Publié mardi 27 septembre 2022 à 06:53
Journée internationale de la paix : L’EMP-ABB suscite le débat

La création de cette journée s’inscrit dans le cadre de la promotion de la paix 

 

La création de la Journée internationale de la paix en 1981, en vertu d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies et conformément à sa Charte, s’inscrit dans le cadre de la promotion de la paix ; un des principaux buts et raison d’être de l’Organisation des Nations unies. L’Onu invite tous les peuples, durant cette journée, à déposer les armes et à réaffirmer leur volonté de vivre en harmonie les uns avec les autres.


Présidée par le représentant du ministre de la Défense et des Anciens combattants, le général Sidiki Samaké, en présence du directeur général de l’EMP, le colonel Souleymane Sangaré, la journée avait comme thème : «évolution des opérations de paix (OP) : Défis et perspectives dans un environnement complexe». Elle avait pour objectif d’évaluer les doctrines et approches régissant les opérations de paix face à la complexité de l’environnement actuel.


Cette journée de célébration de la paix était l’occasion pour l’EMP et ses partenaires, de se réunir et d’échanger autour des nouveaux enjeux, défis et perspectives auxquels ils doivent faire face en tant qu’organisation, institution ou citoyen-acteur au service de la paix.Le directeur général de l’EMP a indiqué que la lutte pour la paix est souvent une tâche herculéenne, tant les conflits d’aujourd’hui sont complexes et imbriqués les uns dans les autres. «Nous vivons dans un monde où la paix, sans cesse menacée, se dérobe», a-t-il affirmé.

Le colonel Sangaré a soutenu que les moments comme aujourd’hui, où l’on honore la paix et où l’on réfléchit à l’obligation que l’on a de la défendre et de la faire prospérer, sont particulièrement importants. «Aucune de nos différences de convictions, d’appartenances, de sensibilités philosophiques, politiques, religieuses, syndicales ou autres, ne doit faire obstacle à l’expression de cette aspiration commune à vivre ensemble en paix dans la solidarité, la coopération, la justice et la fraternité», a sensibilisé le directeur général de l’EMP.

De son côté, le représentant du ministre de la Défense a exhorté les chercheurs panelistes à faire des évaluations pertinentes pour aboutir à des propositions concrètes à adresser à qui de droit. Cela, afin que les missions de maintien de la paix des Nations unies soient efficaces et que l’Organisation demeure la garante de la paix et la sécurité mondiales.

«Permettez-moi de rappeler que dans un monde d’interdépendance, les intérêts des nations sont liés. Ce qui touche les uns, affecte forcément les autres», a averti le général Sidiki Samaké. Il a poursuivi en affirmant que la mutualisation des efforts et le multilatéralisme sincère demeurent essentiels à l’atteinte des objectifs de paix, de sécurité et de stabilité en Afrique et dans le monde.

Le représentant du ministre de la Défense a formulé le vœu que les échanges et les conclusions qui sortiront de cette journée puissent véritablement donner une bonne impulsion à une nouvelle approche du maintien de la paix. Cela,  afin de contribuer au bonheur des peuples qui souffrent du fléau de la guerre et du terrorisme.

La cérémonie d’ouverture s’est achevée avec la plantation de «l’arbre de la paix» dans la cour de l’École de maintien de la paix, par le représentant du ministre de la Défense, le directeur général de l’EMP et le conseil d’administration de l’établissement (composé de 11 pays membres et d’une organisation sous-régionale).

Jessica Khadidia DEMBELE

Lire aussi : Paix et développement au Sahel : La contribution de la science est indispensable

Procéder à une clarification conceptuelle de la notion «Sahel» ; investir dans la recherche scientifique, les infrastructures technologiques et la collaboration multidisciplinaire pour la réalisation de la paix et du développement au Sahel ; lutter contre la pauvreté de la jeunesse aux fronti.

Lire aussi : Vulgarisation du projet de Constitution : Le haut conseil des collectivités joue sa partition

Cette institution de la République compte faire des missions avec les autres entités et conseillers nationaux pour battre campagne dans le cadre du référendum, a annoncé son président, Mamadou Satigui Diakité.

Lire aussi : Contingent 2021 de la Protection civile : 998 éléments prêts à servir

C’est dans la matinée du vendredi 12 mai que les 998 élèves militaires dont 800 élèves sapeurs-pompiers du rang et 198 élèves sous-officiers du contingent 2021 de la Protection civile, ont prêté serment devant le drapeau..

Lire aussi : Référendum constitutionnel et élections : Les recettes de Modele-Mali

La Mission d’observation des élections au Mali (Modele-Mali) a présenté, hier, dans un hôtel de la place, son rapport préélectoral couvrant la période allant du 1er au 30 avril 2023..

Lire aussi : Violence et harcèlement sexuel : Les femmes de médias en parlent

Dans l’exercice de leur profession, certaines d’entre elles disent subir des agressions de plusieurs ordres : harcèlement, stigmatisation, cyber-sexisme, discours haineux et sexiste.

Lire aussi : Crise au Soudan : 69 de nos compatriotes rapatriés d’urgence

Ils ont été accueillis, vendredi et samedi derniers, à l’aéroport de Bamako, par les autorités compétentes.

Les articles de l'auteur

Paix et développement au Sahel : La contribution de la science est indispensable

Procéder à une clarification conceptuelle de la notion «Sahel» ; investir dans la recherche scientifique, les infrastructures technologiques et la collaboration multidisciplinaire pour la réalisation de la paix et du développement au Sahel ; lutter contre la pauvreté de la jeunesse aux frontières par des projets de développement ; intégrer les diversités socioculturelles pouvant permettre de lutter contre le clanisme, le tribalisme, le racisme et «l’ethnicisme»..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié lundi 29 mai 2023 à 07:15

Vulgarisation du projet de Constitution : Le haut conseil des collectivités joue sa partition

Cette institution de la République compte faire des missions avec les autres entités et conseillers nationaux pour battre campagne dans le cadre du référendum, a annoncé son président, Mamadou Satigui Diakité.

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mercredi 24 mai 2023 à 07:15

Contingent 2021 de la Protection civile : 998 éléments prêts à servir

C’est dans la matinée du vendredi 12 mai que les 998 élèves militaires dont 800 élèves sapeurs-pompiers du rang et 198 élèves sous-officiers du contingent 2021 de la Protection civile, ont prêté serment devant le drapeau..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mardi 16 mai 2023 à 07:36

Référendum constitutionnel et élections : Les recettes de Modele-Mali

La Mission d’observation des élections au Mali (Modele-Mali) a présenté, hier, dans un hôtel de la place, son rapport préélectoral couvrant la période allant du 1er au 30 avril 2023..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mercredi 10 mai 2023 à 07:16

Violence et harcèlement sexuel : Les femmes de médias en parlent

Dans l’exercice de leur profession, certaines d’entre elles disent subir des agressions de plusieurs ordres : harcèlement, stigmatisation, cyber-sexisme, discours haineux et sexiste.

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié vendredi 05 mai 2023 à 07:07

Crise au Soudan : 69 de nos compatriotes rapatriés d’urgence

Ils ont été accueillis, vendredi et samedi derniers, à l’aéroport de Bamako, par les autorités compétentes.

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mardi 02 mai 2023 à 06:59

Garde nationale : Rupture collective de jeûne pour renforcer la cohésion au sein des forces de défense et de sécurité

Le jeudi dernier à 18h44, sur la place d’Armes de la Garde nationale à N’Tomikorobougou, l’appel du muezzin annonce la rupture de jeûne. Gardes, policiers, gendarmes et civils s’empressent de rompre le jeûne autour d’une table bien garnie..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié lundi 17 avril 2023 à 07:07

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner