Mali, Le soutien ferme de la classe politique aux autorités et à l’armée nationale

L’annonce de la reprise de la ville de Kidal, bastion des groupes armés séparatistes et de leurs alliés terroristes, n’a pas laissé la classe politique indifférente. Plusieurs partis ont exprimé leur soutien aux Forces armées maliennes (FAMa) dans leur mission régalienne de défense de l’intégrité du territoire et de sécurisation des personnes et de leurs biens ainsi qu’aux autorités de la Transition.

Par

Publié jeudi 16 novembre 2023 à 07:44
Mali, Le soutien ferme de la classe politique aux autorités et à l’armée nationale

Dans son communiqué, le Rassemblement des Maliens (Rama) salue l’entrée victorieuse des FAMa dans la ville de Kidal. Selon le parti de Paul Ismaël Boro, c’est une étape plus qu’importante dans le recouvrement de l’intégrité territoriale et l’exercice de la souveraineté totale et entière de l’État malien sur l’ensemble de son territoire. «En cette heureuse occasion, source de fierté et de dignité retrouvées par le peuple du Mali, le Rama salue l’engagement patriotique de l’ensemble des Forces de défense et de sécurité, à leur tête le président de la Transition le colonel Assimi Goïta», déclare le parti.

La Convergence pour le développement du Mali (Codem) se réjouit de cette bravoure qui doit annoncer le début d’une paix durable dans cette partie importante de notre pays. Cependant, le parti de la Quenouille demeure convaincu que seul un cessez-le-feu peut ouvrir la voie au dialogue et à une véritable réconciliation nationale entre tous les fils du Maliba.


Le parti que dirige Housseini Amion Guindo félicite nos Forces de défense et de sécurité qui ont pleinement rempli leur mission régalienne pour la patrie. L’Union malienne du Rassemblement démocratique africain (UM-RDA) exprime, lui, sa grande reconnaissance et son soutien indéfectible aux FAMa et à l’ensemble des Forces de sécurité pour l’éclatante victoire sur les forces obscurantistes et terroristes qui occupaient la ville de Kidal depuis plus d’une décennie. 

Pour l’Union pour la République et la démocratie (URD), Kidal est le fief de toutes les rebellions qui ont régulièrement mis à mal l’intégrité de notre territoire et l’unité nationale. Selon le parti créé par feu Soumaïla Cissé, cette brillante victoire de notre Armée représente la fin d’une période et le début d’une époque glorieuse pour notre pays. L’URD félicite les Forces armées et de sécurité pour leur sens élevé du devoir jusqu’au sacrifice ultime.

Avant d’adresser ses sincères félicitations au président de la Transition pour sa vision et sa détermination à redonner au Mali sa fierté et son honneur. Le parti adresse aussi ses félicitations au gouvernement singulièrement au ministre de la Défense et des Anciens combattants, le colonel Sadio Camara, pour la bonne conduite de cette mission de reconquête de l’intégrité territoriale de notre pays. Il demande au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour le redéploiement de l’administration dans les zones libérées afin d’apporter aux populations les services sociaux de base. Enfin, l’URD  appelle les frères des mouvements armés à se ressaisir et à accepter de revenir à la table de négociation, seule voie pour un règlement pérenne de ce différend qui n’a que trop duré.

Pour sa part, le parti Nouvel espoir pour le Mali (Nema) salue le professionnalisme avec lequel, les FAMa ont conduit les opérations ayant abouti à ce succès historique et leur rend un vibrant hommage pour tous les sacrifices qu’elles ont consentis pour la prise totale de Kidal. Le parti félicite le président de la Transition pour son leadership, sa clairvoyance et les moyens mis à la disposition des FAMa.

De son côté, l’Adema-PASJ soutient pleinement les efforts et les sacrifices consentis par les autorités de la Transition et les FAMa pour reconquérir la Région de Kidal et la libérer des terroristes et des séparatistes. Le parti exhorte les autorités à poursuivre les opérations de sécurisation du territoire national et la stabilisation du Nord du pays. Il les encourage à redéployer l’administration dans toutes les zones libérées, à réhabiliter les infrastructures de base et à créer un environnement propice au retour et à la réinstallation des populations réfugiées et déplacées. Le parti exige le désarmement sans condition de toutes les entités non-étatiques en particulier la CMA et de l’affirmation par les groupes du CSP-PSD de leur ferme attachement au respect de l’unité et de l’intégrité du territoire.

Le parti Yèlèma a également réagi à cette prouesse de l’Armée malienne. Le parti salue la bravoure et le courage des FAMa dans l’accomplissement de leur mission régalienne de défense du territoire et des Maliens. Le parti félicite les autorités militaires pour tous les efforts fournis pour le redressement de l’Armée nationale et les résultats obtenus sur le théâtre des opérations. Il exhorte le gouvernement à saisir la présence des FAMa à Kidal pour le retour effectif de l’État dans cette localité du Mali.

La Convention sociale démocrate (CDS Mogotiguiya), le Collectif des ressortissants du Nord du Mali (Coren), Espoir Mali Kura (EMK), le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) et le Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM-Fasoko) ont également salué la libération de Kidal par les FAMa.

Dieudonné DIAMA

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : Nouveau processus, nouvelle perspective de paix

L’approche nouvelle adoptée par les autorités est sans aucun doute une solution aux tares reprochées au processus d’Alger : le manque d’inclusivité, l’influence démesurée des partenaires étrangers et l’absence d’appropriation nationale. La stratégie permettra aux citoyens de se p.

Lire aussi : #Mali : Réunion des ministres de l’AES : Les grandes décisions de Ouagadougou

Elles se rapportent notamment à la révision de la Charte de l’Alliance des État du Sahel (AES), à l’amélioration du traité portant création de la Confédération et à la question de l’Autorité du Liptako-Gourma. Ces décisions seront soumises à l’approbation du sommet inaugural des.

Lire aussi : #Mali : Alliance des États du Sahel : Étape décisive dans la dynamique d’intégration

La rencontre des ministres, tenue hier dans la capitale burkinabé, constitue un tournant décisif pour l’Alliance. Les trois pays membres de l’organisation sahélienne entendent traduire dans la réalité leur volonté d’élargir les liens au-delà de la lutte contre le terrorisme.

Lire aussi : #Mali : Réunion des ministres de l'AES : Une forte délégation ministérielle malienne à Ouagadougou

Une forte délégation du gouvernement du Mali conduite par le ministre d'État, ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, le colonel Abdoulaye Maïga est arrivée hier en début de soirée à Ouagadougou au Burkina Faso pour prendre part ce jeudi à la réunion des minis.

Lire aussi : Alliance des États du Sahel : Comment étendre ses domaines de compétence ?

Les hauts fonctionnaires réunis depuis hier à Ouagadougou devront préparer des documents en prélude à la rencontre ministérielle prévue le jeudi prochain. Le rendez-vous de la capitale burkinabè devra consolider l’union de nos trois pays, conformément à la volonté des chefs d’État ay.

Lire aussi : #Mali : Ibrahim Ikassa Maïga : «Il n’y a pas de Mali nouveau sans Maliens nouveaux»

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lors d’un conseil des ministres a instruit le gouvernement d’aller à la recherche de nos valeurs sociétales pour les insuffler dans le nouveau Malien. À cet effet, un projet de programme national d’éducation aux valeurs va donc êtr.

Les articles de l'auteur

#Mali : Dialogue inter-Maliens : Nouveau processus, nouvelle perspective de paix

L’approche nouvelle adoptée par les autorités est sans aucun doute une solution aux tares reprochées au processus d’Alger : le manque d’inclusivité, l’influence démesurée des partenaires étrangers et l’absence d’appropriation nationale. La stratégie permettra aux citoyens de se parler et de trouver ensemble les chemins menant à la paix.

Par Dieudonné DIAMA


Publié mercredi 28 février 2024 à 08:28

#Mali : Réunion des ministres de l’AES : Les grandes décisions de Ouagadougou

Elles se rapportent notamment à la révision de la Charte de l’Alliance des État du Sahel (AES), à l’amélioration du traité portant création de la Confédération et à la question de l’Autorité du Liptako-Gourma. Ces décisions seront soumises à l’approbation du sommet inaugural des chefs d’États de l’organisation sahélienne.

Par Dieudonné DIAMA


Publié vendredi 16 février 2024 à 19:48

#Mali : Alliance des États du Sahel : Étape décisive dans la dynamique d’intégration

La rencontre des ministres, tenue hier dans la capitale burkinabé, constitue un tournant décisif pour l’Alliance. Les trois pays membres de l’organisation sahélienne entendent traduire dans la réalité leur volonté d’élargir les liens au-delà de la lutte contre le terrorisme.

Par Dieudonné DIAMA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:12

#Mali : Réunion des ministres de l'AES : Une forte délégation ministérielle malienne à Ouagadougou

Une forte délégation du gouvernement du Mali conduite par le ministre d'État, ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, le colonel Abdoulaye Maïga est arrivée hier en début de soirée à Ouagadougou au Burkina Faso pour prendre part ce jeudi à la réunion des ministres de l'Alliance des Etats du Sahel (AES) après celle des experts et hauts fonctionnaires..

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 15 février 2024 à 11:56

Alliance des États du Sahel : Comment étendre ses domaines de compétence ?

Les hauts fonctionnaires réunis depuis hier à Ouagadougou devront préparer des documents en prélude à la rencontre ministérielle prévue le jeudi prochain. Le rendez-vous de la capitale burkinabè devra consolider l’union de nos trois pays, conformément à la volonté des chefs d’État ayant une vision commune de solidarité.

Par Dieudonné DIAMA


Publié mardi 13 février 2024 à 07:55

#Mali : Ibrahim Ikassa Maïga : «Il n’y a pas de Mali nouveau sans Maliens nouveaux»

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lors d’un conseil des ministres a instruit le gouvernement d’aller à la recherche de nos valeurs sociétales pour les insuffler dans le nouveau Malien. À cet effet, un projet de programme national d’éducation aux valeurs va donc être enseigné depuis l’école fondamentale, le secondaire et l’université.

Par Dieudonné DIAMA


Publié lundi 12 février 2024 à 07:48

#Mali : Manque de sincérité de l’Algérie dans la crise malienne : Le temps donne raison à Assarid Ag Imbarcaouane

Il y a dix ans précisément en 2014, l’ex-député de Gao et actuel 1er vice-président du Conseil national de Transition (CNT) exprimait sa réticence quant au choix de l’Algérie pour conduire la médiation dans la crise malienne. Assarid Ag Imbarcaouane disait en son temps, qu’il ne fallait pas dessaisir le Burkina Faso de la médiation au profit de l’Algérie. Il avait prévenu qu’avec le pays de feu Abdelaziz Bouteflika, le problème malien ne finira pas.

Par Dieudonné DIAMA


Publié mardi 06 février 2024 à 08:41

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner