Nioro du Sahel : Ville des Ziyara

Ces visites pieuses représentent une opportunité de développement de l’économie locale. La ville en accueille des dizaines par an qui mobilisent des milliers de fidèles

Publié lundi 08 mai 2023 à 07:35
Nioro du Sahel : Ville des Ziyara

Les fidèles musulmans se bousculent aux portillons de cette ville pour implorer Allah, le Clément et Miséricordieux

 

 

Véritable opportunité d’affaires et de développement de l’économie locale, la «Ziyara», une visite pieuse dans une ville sainte ou chargée d’histoire et de symboles religieux, est un rituel qui draine du beau monde, notamment les fidèles musulmans. Cela prend une autre dimension à Nioro, une ville à l’érudition avérée avec des guides spirituels vertueux. Les fidèles musulmans se bousculent aux portillons de cette ville qui passe pour une université religieuse et qui accueille de nombreuses visites pieuses. Celles-ci mobilisent des milliers de fidèles, génèrent des ressources pour les communautés et boostent l’économie locale. Malheureusement, aucune donnée chiffrée n’est disponible pour soutenir cette réalité.

Le directeur national du tourisme, Mamari Diarra, déplore aussi l’absence de statistiques sur ce type de tourisme, sous-tendu par des convictions religieuses. Les initiateurs de Ziyara pensent que ce n’est pas du tourisme parce que ça va au-delà du simple plaisir de découvrir. C’est aussi un enseignement religieux et un acte de spiritualité. Depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, l’industrie touristique connait une profonde mutation tant sur le plan administratif que démographique. On peut retenir l’éclatement de l’Office malienne de tourisme et de l’hôtellerie en deux structures, la direction nationale du Tourisme et l’Agence de promotion touristique du Mali. Il y a eu aussi des textes réglementaires relatifs à la Politique nationale du tourisme.

La crise sécuritaire que traverse notre pays depuis 2012 a plombé le tourisme. Ces dernières années, il y a un regain d’intérêt pour le tourisme religieux auquel s’identifient de nombreuses confréries religieuses. Un dossier publié en 1979 dans les colonnes de Soudjata (un journal édité à l’époque par l’Amap) rappelle que le tourisme religieux est un phénomène très ancien qui a connu un grand essor au XIe siècle avec l’arrivée des almoravides et la chute de l’Empire du Ghana.


À l’époque, l’islam devait connaître une grande expansion dans les deux grands empires successifs, celui du Mali et Songhaï, dont les empereurs devaient d’ailleurs faire des retentissants pèlerinages à La Mecque (Kankou Moussa et Askia Mohamed). Depuis, le tourisme religieux n’a cessé de prendre l’ampleur dans notre sous-région. Ainsi,  il se positionne comme un secteur plus vital dans les localités de Nioro, Dilly, Djenné, Tombouctou, Bandiagara, Tamani, Ségou, Hamdallaye, Kita, Déguimbéré qui est même devenu un grand centre de pèlerinage pour les Toucouleurs d’Afrique de l’Ouest après la disparition légendaire d’El Hadj Oumar Tall.

 

Tous y gagnent-Nioro du Sahel n’est pas le bout du monde, mais ce n’est pas non plus la porte d’à côté du fait du mauvais état de la route. Après 9 heures de secousses sur une route moins carrossable sur des kilomètres, le visiteur retrouve finalement la ville religieuse. Dans cette cité des grands érudits, on aperçoit partout les signes ostentatoires d’un enracinement à l’islam.


Les portraits du chérif de Nioro arborés par ses disciples portant des chapelets au cou monopolisent l’attention. à l’arrivée de notre bus, des enfants mendiants se faufilent entre les passagers et tendent la sébile. Sans être remis de notre état de fatigue après un voyage qui avait tout d’une descente aux enfers, nous nous sommes rendus dans les zawiyas des hamallistes et de la famille Tall pour découvrir ces établissements qui fonctionnent sous l’autorité de la confrérie religieuse.


Les Ziyara apportent un bol d’air à l’économie locale. Les plus courues demeurent celles du chérif de Nioro et d’El hadj Omar Foutiya Tall. Le préfet de Nioro, Almamy Ibrahima Kagnassi, indique que l’administration accompagne chaque année l’organisation de ces activités, en termes de sécurité, de couverture sanitaire, mais aussi d’assistance protocolaire dans l’accueil des autorités et autres personnalités étrangères qui y participent.


Dans cette ville de tolérance religieuse, les communautés vivent en parfaite harmonie. Au cours des Ziyara, on initie des actions de nettoyage, de construction et d’entretien des voies, des maisons et d’autres projets à caractère humanitaire se concrétisent. La Ziyara permet aux croyants de se retrouver autour d’un intérêt commun. Des milliers de personnes se déplacent à Nioro. Cela représente une niche pour stations de service, commerçants, restaurateurs voire confectionneuses de colliers. Tous y gagnent.

Le premier adjoint au maire, Seckna Ba, reconnaît aussi l’apport économique des Ziyara. «Toutes les couches professionnelles en bénéficient», souligne  l’élu de la Commune urbaine de Nioro du Sahel. Certains interlocuteurs acceptent d’aborder la question des Ziyara avec nous. Samba Dicko, commerçant au Grand marché de Nioro explique que les différentes Ziyara sont importantes dans le développement socio-économique de la Région. à l’en croire, les affaires de tous prospèrent en cette période.

Un autre grand commerçant, Amadou Fima Diarra, partage cet avis. Pour lui, c’est aussi une opportunité de nouer des contacts avec d’autres compatriotes et ceux venus d’autres pays comme la Mauritanie et d’ailleurs. La Ziyara impulse la modernisation de la ville et la rénovation de certaines voies reliant Nioro à d’autres localités. Le visage de la ville change aussi, car ses ressortissants y investissent de plus en plus dans la construction de maisons à l’architecture moderne comme ces maisons à étages qui y pullulent maintenant pour améliorer les conditions d’hébergement des hôtes. La ville reste toujours un véritable carrefour de rencontres où plusieurs langues sont parlées (bambara, peulh, sarakolé, maure, entre autres.

 

patrimoine de L’unesco- Pendant les Ziyaras, tous les secteurs sont mobilisés. Selon un animateur d’une radio locale, la ville entre dans une effervescence commerciale. Des objets de provenances diverses, notamment d’Afrique du Nord et de la Mauritanie sont proposés. Une jeune vendeuse de chapelets qui a requis l’anonymat explique parfois vendre 30 chapelets par jour lors des Ziyara et se retrouver avec une recette journalière d’une semaine de vente en d’autres temps. Pour Mamadou Hawa Sylla, chef de village de Diakha (un des 7 quartiers de la ville) et représentant de la Ligue malienne des imans et érudits (Limama), la ville Nioro est une terre bénie. Ce qui explique la mobilisation des fidèles musulmans.

Selon lui, les fidèles se retrouvent pour implorer Allah, le Clément et Miséricordieux. Tout le monde en profite et des projets de développement sont mis en ouvre par la communauté locale. Nioro dispose d’un patrimoine architectural qui a une valeur historique, culturelle et religieuse et  possède  des lieux chargés de symboles qui sont régulièrement visités.  Il y a, entre autres,  le quartier Kassoumba où repose le grand guerrier, El hadj Omar, le Puits sacré de la famille du chérif de Nioro, le Cimetière des érudits, la Grande mosquée de Nioro, classée patrimoine de l’Unesco.


***************




L’érudition

 

 Parler de la ville religieuse de Nioro sans parler des différentes confréries religieuses de la localité, notamment les Hamallistes ou la Tijaniyya relève de l’impossible. La contrée accueille chaque année de nombreuses ziyaras. L’érudition de la ville justifie amplement cette forte sollicitation et le grand intérêt des fidèles musulmans pour ces visites qui leur permettent de recevoir un enseignement religieux et d’adorer le Créateur de l’univers avec des saints hommes.

Le natif de Nioro Youba Bathily en donne les raisons dans son livre intitulé : «Nioro du Sahel, la ville promise». L’écrivain rappelle que Nioro du Sahel est la ville du fondateur de la branche Hamawiya ou encore la tendance dite des «onze grains», Cheick Sidi Mohamed Lakhar. Ce maître spirituel est le père de Mohamédou Ould Cheickna dit Bouillé, actuel chef des Hamallistes. C’est aussi la ville du Khalife général des Tidjanes du Mali, El Hadj Omar Tall, qui a vécu dans cette ville en tant que leader de la confrérie tidjane avec ses descendants. Il y a aussi une troisième grande famille religieuse dans la même cité à savoir : la famille Kaba Diakité où, sont issus des imams de la Grande mosquée de la ville.

La particularité de la ville de Nioro du Sahel est la cohésion entre les confréries religieuses qui prônent une culture de tolérance, de vivre ensemble, mais aussi un islam tolérant, de dialogue et de paix. Une religion qui accepte surtout les autres dans la différence. Les différentes confréries religieuses organisent chaque année des ziyaras pour implorer le Créateur de l’univers. La ville connue pour sa grande culture religieuse accueille chaque année des dizaines de ziyaras.

Amadou SOW

Lire aussi : #Mali : Rencontres de Bamako : 30 artistes triés sur le volet attendus

Les 30 artistes retenus pour l’exposition panafricaine de la 14è édition de la Biennale africaine de la photographie, prévue du 16 novembre 2024 au 16 janvier 2025, sont connus depuis vendredi dernier. L’information a été donnée au Musée national du Mali à la faveur d’une conférence d.

Lire aussi : #Mali : Tourisme : Le secteur subit le contrecoup de la crise

Pour circonscrire certaines difficultés, les acteurs de l’hôtellerie et de la restauration ont engagé la réflexion pour faire un check-up des difficultés et élaborer un mémorandum. Le document sera transmis aux autorités.

Lire aussi : #AES : Trois présidents, une vision

Ces dirigeants représentent le visage du changement dans les rapports entre leurs pays et certains partenaires historiques voire stratégiques.

Lire aussi : #Congo : Levée de fonds des Congolais de Kinshasa : Pour soutenir ceux qui vivent les affres de la guerre au pays

Dans le cadre de la célébration du 64è anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo (RDC), la communauté congolaise, en collaboration avec l’Association des Congolais travaillant au Mali, a organisé le week-end dernier dans un hôtel de Bamako, un concert de lev.

Lire aussi : #Mali : Indemnisation des victimes de la crise : La mise en œuvre du programme se poursuit

Notre pays est fortement engagé auprès de ses partenaires pour la restauration de la paix. C’est dans cette vision que la deuxième réunion du comité de pilotage pour la Coordination et le suivi des mesures de réparations collectives relatives à l’entretien et à la réhabilitation des bâ.

Lire aussi : #Mali : Rokiatou Cissé : La passion de la photo

«C’est simplement une histoire d’amour entre la photographie et moi. L’image a marqué mon esprit depuis toute petite», explique Rokiatou Cissé sans autre forme de procès. Elle ne pratique pas la photographie, mais la vit plutôt..

Les articles de l'auteur

#Mali : Rencontres de Bamako : 30 artistes triés sur le volet attendus

Les 30 artistes retenus pour l’exposition panafricaine de la 14è édition de la Biennale africaine de la photographie, prévue du 16 novembre 2024 au 16 janvier 2025, sont connus depuis vendredi dernier. L’information a été donnée au Musée national du Mali à la faveur d’une conférence de presse, animée par le commissaire général de la Biennale, Lassana Igo Diarra..

Par Amadou SOW


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:10

#Mali : Tourisme : Le secteur subit le contrecoup de la crise

Pour circonscrire certaines difficultés, les acteurs de l’hôtellerie et de la restauration ont engagé la réflexion pour faire un check-up des difficultés et élaborer un mémorandum. Le document sera transmis aux autorités.

Par Amadou SOW


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:06

#AES : Trois présidents, une vision

Ces dirigeants représentent le visage du changement dans les rapports entre leurs pays et certains partenaires historiques voire stratégiques.

Par Amadou SOW


Publié vendredi 12 juillet 2024 à 10:47

#Congo : Levée de fonds des Congolais de Kinshasa : Pour soutenir ceux qui vivent les affres de la guerre au pays

Dans le cadre de la célébration du 64è anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo (RDC), la communauté congolaise, en collaboration avec l’Association des Congolais travaillant au Mali, a organisé le week-end dernier dans un hôtel de Bamako, un concert de levée de fonds pour soutenir les déplacés de guerre à l’Est de la RDC..

Par Amadou SOW


Publié mardi 09 juillet 2024 à 17:49

#Mali : Indemnisation des victimes de la crise : La mise en œuvre du programme se poursuit

Notre pays est fortement engagé auprès de ses partenaires pour la restauration de la paix. C’est dans cette vision que la deuxième réunion du comité de pilotage pour la Coordination et le suivi des mesures de réparations collectives relatives à l’entretien et à la réhabilitation des bâtiments protégés de Tombouctou dans le cadre de l’affaire Ahmad Al Faqi Al Mahdi, un terroriste impliqué dans le saccage des monuments religieux et historiques de Tombouctou, s’est tenue..

Par Amadou SOW


Publié lundi 08 juillet 2024 à 09:51

#Mali : Rokiatou Cissé : La passion de la photo

«C’est simplement une histoire d’amour entre la photographie et moi. L’image a marqué mon esprit depuis toute petite», explique Rokiatou Cissé sans autre forme de procès. Elle ne pratique pas la photographie, mais la vit plutôt..

Par Amadou SOW


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 16:46

#Mali : Femmes photographes d’Afrique : Un master class pour accentuer la professionnalisation

Elles sont dix femmes photographes venues de différents pays africains (Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Niger Sénégal, Guinée-Conakry et Mali) à participer, depuis hier dans les locaux de la Maison africaine de la photographie (Map), à un master class international de 5 jours à l’initiative de l’Association Yamarou Photo. C’est en collaboration avec la Map et le soutien de la Fondation Doen..

Par Amadou SOW


Publié mercredi 03 juillet 2024 à 16:33

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner